Retour à liste des newsletters
Mai 2018        



Le contenu de l'édition anglaise peut différer      

Europe Monnaie & Finance Commerce & Mondialisation Migrations Politique économique Economies émergentes Compétitivité & Croissance Environnement & Ressources Naturelles
  Focus

An Estimation of the Cost of Non-Europe

Sixty years after the Treaty of Rome came into force, we live in an age where a possible scenario for the near future is one of trade disintegration in Europe, reversing what is probably the deepest and most prolonged trade liberalization processes in modern history. The choice of the United Kingdom to exit the EU (Brexit) combines with the calls from many governments (even ones seen as moderate) for a reversal of key integration agreements like Schengen, to give a bleak picture of what comes next. This makes it a good time to revisit the gains the EU has reaped from trade integration since 1958 and what would be the costs of going backwards.
Thierry Mayer, Vincent Vicard & Soledad Zignago
>>>
  publications





  Evénements

CEPII-CAE conference: Stabilizing the Euro area. Political and economic perspectives
15 mai 2018

“Israel and the World Economy – The Power of Globalization”
with Professor Assaf Razin, Tel Aviv University

17 mai 2018

La situation économique de la Russie
24 mai 2018

Présentation de l'ouvrage "Unelected Power. The Quest for Legitimacy in Central Banking and the Regulatory State" par son auteur Paul Tucker
30 mai 2018

18th Doctoral Meetings in International Trade and International Finance
15 - 16 juin, 2018

CEPII conference "Real Equilibrium Exchange Rates: Relevance in Open Economy Macroeconomics and Operationality in Economic Policy-Making"
29 juin 2018

Workshop CEPII – EUR OSE-PSE: 
What can economists say about trade wars?

4 - 5 juillet, 2018

XVI ELSNIT Annual Conference : Technology and Trade
25 - 26 octobre, 2018

  Edito





Le CEPII a 40 ans cette année. L'occasion pour ses économistes de retracer 40 ans d'économie mondiale. De l'irruption de la Chine à la grande modération de l'inflation, en passant par l'explosion de la finance, la montée des préoccupations climatiques, les espoirs déçus de la zone euro, les métamorphoses du commerce mondial, les migrations internationales ou encore la prise de conscience des conséquences du développement des inégalités, ... l'économie mondiale a bien des courbes à vous dévoiler, quelques zones d'ombre aussi. Découvrez-les dans ces Carnets graphiques !
>>>






La France et l’Europe dans la mondialisation

A l’occasion de son quarantième anniversaire, le CEPII a réuni personnalités françaises et étrangères, décideurs et académiques pour discuter des principaux enjeux pour la France et l’Europe dix ans après la crise et la transformation des relations économiques internationales qu'elle a entraînée. Voir vidéos et présentations.
>>>


  Faits & chiffres




Chine : Plus d’un million de morts précoces chaque année

Le 22 avril est célébrée la journée de la Terre, un mouvement environnemental mondial porté par la société civile. A cette occasion, ce billet fait le point sur la crise environnementale à laquelle la Chine doit faire face. Une crise inédite en raison de la simultanéité et de l’intensité des problèmes auxquels le pays doit faire face. C’est en 1970 qu’a été célébrée pour la première fois la Journée de la Terre, sous l’impulsion du sénateur américain Gaylord Nelson et d’un groupe d’étudiants. Depuis, chaque 22 avril rappelle la naissance de ce mouvement porté par la société civile.En Chine, cette journée a été fêtée pour la première fois en 2011, attestant d’une prise de conscience grandissante des citoyens chinois à l’égard de l’environnement. Mais si Pékin semble vouloir prendre en charge les défis environnementaux qui s’imposent au pays, les effets des réformes amorcées tardent à venir, exposant la population à des niveaux de pollution extrêmement préoccupants.
Stéphanie Monjon & Sandra Poncet

>>>


  Opinion




Une évaluation de la contribution nette de l’immigration aux finances publiques en France

Xavier Chojnicki, Lionel Ragot et Ndeye-Penda Sokhna développent une méthode comptable qui désagrège le déficit public primaire entre la contribution propre à la population des immigrés et celle des natifs. Cette contribution nette est calculée comme la différence entre les taxes, cotisations et impôts divers qu’ils versent aux finances publiques et l’ensemble des bénéfices qu’ils en retirent. Un des apports de cet article est de calculer cette contribution nette sur une période de temps relativement longue (1979-2011). Ils montrent que la contribution nette des immigrés a généralement été négative sur l’ensemble de la période, mais qu’elle n’a jamais été à l'origine du déficit primaire de la France. Leur contribution est toujours restée contenue en deçà de ±0, 5% du PIB (réduit à ±0, 2%, si on fait exception de l’année 2011). Cette relative neutralité de la population immigrée sur les comptes publics s’explique par une structure démographique favorable, qui compense leur moindre contribution nette individuelle.

>>>





Questions d'actualité


Le commerce international devient un lieu d’affrontement politique, alors même que le système commercial multilatéral bâti depuis la guerre sous l’égide des américains avait précisément pour but de le contenir à la concurrence économique, fondée sur des règles. L’incertitude liée au risque d’escalade a d’ailleurs déjà commencé à peser sur les marchés et sur la confiance des investisseurs. L'expertise du CEPII sur deux dossiers sensibles est accessible ci-dessous









  Votre avis nous interesse
ISSN: 1255-7072
Directeur de publication : Sébastien Jean
Rédacteur en chef : Dominique Pianelli