Retour à liste des newsletters
Avril 2019        



Le contenu de l'édition anglaise peut différer      

Europe Monnaie & Finance Commerce & Mondialisation Migrations Politique économique Economies émergentes Compétitivité & Croissance Environnement & Ressources Naturelles
  Focus




L’onde de choc du Brexit sur la maison Europe et la France

Dans le contexte de guerre commerciale planétaire dont les États-Unis et la Chine sont les principaux protagonistes, le Brexit entame la capacité de réaction de l’UE, dont la patiente construction lui avait permis de faire jeu égal avec le grand concurrent transatlantique. La voici aujourd’hui menacée au cœur même de ses chaînes de valeur. L’économie française pourrait en être particulièrement affectée.
Deniz Ünal
>>>


Pour en savoir plus sur le Brexit

  publications






  Edito




L’Europe face aux guerres commerciales

Face aux États-Unis et à la Chine, l’Union européenne a un intérêt stratégique à œuvrer à une réforme du système commercial multilatéral, aujourd'hui en péril. L'Union européenne (UE), multilatéraliste à la fois par principe et par intérêt, doit faire face à un double défi primordial. Le premier est lié à la politique commerciale de l'administration Trump, qui bafoue délibérément et ouvertement ses engagements internationaux au sein de l'Organisation mondiale du commerce (OMC). Le second défi est lié à la concurrence de la Chine, dont le système n'apparait plus comme une étape provisoire dans un processus de convergence vers un fonctionnement proche de celui des économies occidentales, et parce que la Chine est aujourd'hui la première puissance industrielle au monde, y compris dans certains secteurs de haute technologie.
Sébastien Jean

>>>


  Faits & chiffres

  Opinion




La baisse de la part salariale : reflet de la montée en puissance des investisseurs institutionnels ?

Depuis cinquante ans environ, la part des salaires dans la valeur ajoutée tend à baisser. Les situations sont contrastées d’un pays à l’autre, mais la tendance globale est bel et bien là. La mondialisation commerciale et le progrès technique sont les deux pistes d’explication les plus souvent proposées. Bien qu’importants, ces deux facteurs ne suffisent pourtant pas à expliquer dans son intégralité la variation du partage de la valeur ajoutée. Cette Lettre suggère une autre piste d'explication, tenant davantage à l’évolution de la gouvernance des entreprises, en lien avec leur mode de financement et au rôle accru en la matière des investisseurs institutionnels.
Antoine Vatan

>>>


  Emplois
  • Secrétaire général(e)
    Date limite de dépôt de candidature :
    15 avril 2019
  • Economistes
  • Économiste
    Date limite de dépôt de candidature :
    10 avril 2019
  •   Votre avis nous interesse
    ISSN: 1255-7072
    Directeur de publication : Sébastien Jean
    Rédacteur en chef : Dominique Pianelli