Le blog du CEPII
Partager

L’incertitude sur la politique économique : premier effet du Brexit

Europe Politique économique 
Billet du 28 juin 2016
Par Fabien Tripier
Les conséquences juridiques du Brexit ne se matérialiseront que lorsque celui-ci sera effectif, c’est-à-dire pas avant deux ans et sans doute nettement plus. Pour l’instant, la seule « certitude » est qu’une période de grande incertitude s’ouvre, en premier lieu pour le Royaume-Uni, mais également pour tout l’UE.
L’incertitude est un facteur hautement défavorable pour l’économie. Elle incite l’ensemble des acteurs à se protéger en reportant leurs décisions d’investissement, d’embauche ou encore de consommation. Les mécanismes en jeu sont depuis longtemps analysés par les économistes. La nouveauté est que l’on commence à mesurer quantitativement l’incertitude et ses effets sur l’activité économique. C’est en particulier le travail de Nicholas Bloom de l’Université de Stanford et de ses collègues [1]. Leur concept d’« incertitude sur la politique économique » ("Economic Policy Uncertainty") permet de décrire des situations où l’incertitude porte sur les décisions de politiques économiques qui seront prises comme lors de la négociation sur la dette grecque, des débats sur le budget fédéral américain (« Fiscal Cliff ») et aujourd’hui le Brexit. Ce type d’incertitude se distingue de celles relatives aux marchés financiers ou encore à l’activité macroéconomique et fait donc l’objet de mesure spécifique.

L’incertitude sur la politique économique est mesurée par une analyse textuelle de la presse consistant à compter le nombre d’articles comprenant les termes relatifs à l’incertitude, l’économie et la politique économique [2]. Un indicateur mensuel de l’incertitude relative à la politique économique est ainsi mis à jour sur le site http://www.policyuncertainty.com/ pour plusieurs économies dont les États-Unis, l’Europe et la France. Pour le Royaume-Uni, un indicateur spécifique « Brexit » a été construit pour mesurer l’incertitude liée aux relations avec l’Union Européenne (voir http://www.policyuncertainty.com/brexit.html et le graphique ci-dessous).

L’indicateur d’incertitude sur la politique économique au Royaume-Uni a atteint sa valeur la plus élevée en avril dernier, se situant à près de trois fois sa valeur moyenne depuis 2000 et dépassant son précédent record de novembre 2012. Il est probable que l’incertitude progresse très fortement dans les mois à venir et affecte ainsi l’activité économique. L’incertitude de la politique économique joue effectivement un rôle non négligeable dans le cycle économique, à l’origine d’environ 10% des variations cycliques de la croissance, de l’investissement et de l’emploi aux États-Unis [3]. Cela a été observé durant la récession de 2008-2009 ou encore lors de la crise des dettes souveraines dans la zone euro. Ces effets négatifs de l’incertitude sur l’activité vont certainement se confirmer avec le Brexit, d’abord au Royaume-Uni, mais également dans l’ensemble de l’économie européenne. Ils pourraient être contenus par l’adoption d’une stratégie coordonnée et lisible de l’Union Européenne face à la crise du Brexit. Rien n’indique, pour l’instant, qu’elle soit davantage capable de le faire aujourd’hui à 27 qu’elle ne l’a été à 28 lors des dernières crises qu’elle a subies.


Graphique - Incertitude sur la politique économique au Royaume Uni
Source : http://www.policyuncertainty.com/brexit.html
 
 

[1] Bloom, N, Baker, S., et Davis, S., « Measuring Economic Policy Uncertainty », à paraître dans le Quarterly Journal of Economics, disponible ici.
 
[2] Pour la France, les articles publiés dans Le Monde et Le Figaro comprenant au moins un terme parmi les trois catégories suivantes : (E) économie, économique, économiques ; (P) taxe, taxes, impôt, impôts, politique, politiques, régulation, régulations, réglementation, lois, réglementations, dépense, dépenses, déficit, BCE, Réserve Fédérale, budget ou budgétaire ; et (U) incertitude, incertain, incertitudes ou incertains.
 
[3] L’incertitude globale explique autour de 20 % des variations cycliques de l’emploi et de la production industrielle aux États-Unis, dont la moitié peut être attribuée à l’incertitude sur la politique économique. Charles, A., Darné, D., et Tripier, F. (2015), "Uncertainty and the Macroeconomy: Evidence from a composite uncertainty indicator", document de travail disponible ici.

< Retour