Le blog du CEPII
Partager

La filière des produits de santé dans le commerce international

L'analyse de Deniz Ünal, économiste au CEPII et rédactrice en chef du Panorama du CEPII, sur Xerfi Canal le 24 novembre 2020.
Par Deniz Ünal
 Vidéo du 25 novembre 2020 - Dans les médias


  00:06:09

 


1. D'abord : identifions la filière

Lors de la première vague de la pandémie du Covid-19 des pénuries (de petits matériels de santé comme les masques ou les écouvillons, de certains médicaments vitaux ou d’appareils respiratoires) ont montré l’importance du commerce international dans le domaine de la santé. Or, il est malaisé de faire une analyse globale des interdépendances entre les pays dans ce domaine. En effet, les nomenclatures du commerce international ne contiennent pas de regroupement spécifique aux produits de santé. Ceux-ci sont éparpillés dans plusieurs filières : les produits pharmaceutiques relèvent de la filière chimique, les instruments médicaux de celle de l’électronique, les petits matériels de catégories fourre-tout, dites « non désignés ailleurs ».

Pour tracer les interdépendances entre les pays, les Organisations mondiales de la santé et des douanes ont établi une liste d’une quarantaine de produits concernés par le Covid. Mais la pandémie perdurant, d’autres produits de santé menacent de manquer. Aussi avons-nous défini une nouvelle filière de production dans le commerce international qui englobe tous les produits liés à la santé. Nous ? Pierre Cotterlaz et moi, Deniz Ünal, du CEPII, Guillaume Gaulier, de la Banque de France, et Aude Sztulman, de l’Université Paris Dauphine. Cette filière comprend plus de 200 produits de la nomenclature du Système harmonisé regroupés en 4 branches :

  1. les produits pharmaceutiques de base issus de la chimie organique (antibiotiques, hormones, vitamines, alcaloïdes,...) ;
  2. les préparations pharmaceutiques (médicaments, sang, vaccins) ;
  3. le matériel médico-chirurgical ;
  4. et les autres produits de santé (petits matériels, vêtements, accessoires…).


2. Quelle est la nature des produits échangés dans cette filière?

En en 2018, les échanges dans la filière représentaient 7,5% du commerce mondial de biens manufacturés. Autant que l’industrie alimentaire. La filière de santé enregistre une croissance continue dans le commerce mondial depuis deux décennies : parmi toutes les filières de notre découpage, elle est celle dont la progression est la plus marquée entre 2000 et 2018.

Les échanges portent pour près de 40 % sur les biens intermédiaires, pour près de 50 % sur les biens de consommation, le reste sur les biens d’équipement.

Dans cette filière, le monde échange autant dans le bas de gamme que dans le haut de gamme. Ce n’est pas étonnant : le poids des investissements en R&D est conséquent dans l’élaboration de certains produits, et les marges restent élevées tant que les produits innovants sont protégés par des brevets ; parallèlement, la production à bas prix des génériques et des principes actifs est délocalisée en Inde et en Chine.

La filière est dominée par des multinationales dont les filiales établies dans de nombreux pays échangent beaucoup entre elles. Cela crée souvent un commerce simultané de produits ayant les mêmes caractéristiques techniques. Ainsi, plus de la moitié des échanges mondiaux ici correspondent à des flux croisés de mêmes produits aux prix similaires (échange de variétés) ou très différents (échanges de qualités). C’est la filière où ce type de commerce est le plus important.


3. Enfin, quelle est la géographie du commerce dans cette filière?

Le choc du Covid-19 a entraîné des pénuries de médicaments d’intérêt vital dans plusieurs pays avancés. Pourtant, les parts de la Chine et de l’Inde, quoique croissantes, sont encore limitées. Le marché demeure nettement dominé par les pays avancés, en particulier européens. Et ceci depuis plus d’un demi-siècle, comme nous l’avons montré lors d’une récente publication. Ce constat s’applique à l’ensemble de la filière de santé.

Plus de 80 % des exportations mondiales dans la filière sont réalisées par les pays avancés. Les pays avancés sont aussi les premiers clients des produits de santé : 75 % des ventes mondiales leur sont destinés. Au total, ils dégagent de gros excédents dans cette filière au quatrième rang de leurs avantages comparatifs après la mécanique,la chimie et l’équipement de transport. Il n’empêche : on observe une montée des pays émergents dans les exportations mondiales de produits de santé à bas prix grâce à des ventes vers les pays avancés et entre eux-mêmes. Et Ils augmentent aussi leurs parts dans les produits de haut de gamme et de gamme moyenne achetés par les pays avancés.

Vous trouverez prochainement sur le site du CEPII un Panorama détaillé sur le commerce mondial dans la filière de santé et notre joyeuse équipe se concentrera par la suite sur les de produits pharmaceutiques en particulier.

A bientôt, donc, autour des échanges sur ces biens publics qui nous concernent tous.

Pour en savoir plus, lire le billet "Les pénuries pharmaceutiques en Europe éclipsent un demi-siècle d’excédents commerciaux"

Lien direct de l'émission sur Xerfi Canal



 

Commerce & Mondialisation 
< Retour